« Nul ne meurt tant qu’il reste quelqu’un pour prononcer son nom »
Giovanni-Michel Del Franco a le sens de la formule.
Il est devenu son propre éditeur en créant « Le Chant des Hommes » en 2000.
Ce rêve de plume, fenêtre vitale ouverte vers un ailleurs, a germé dès l’enfance. Poésies, nouvelles, livres ethnologiques ou historiques naissent maintenant en parallèle de son métier.
Après Accadia, le village italien d’où est originaire son père, il aborde la résistance des Indiens sioux ou le loup, à travers les siècles. Jusqu’à publier un ouvrage consacré aux violences conjugales : « J’ai été choqué par l’inertie et le silence qui entourent des phénomènes malheureusement communs ». Où, à travers le parcours de Sarah, se dévoilent les sempiternels mécanismes animant le bourreau. Emprise, destruction de l’autre… dans tous les domaines.

L’Argenteuillais n°101, mercredi 2 mars 2011

« La grande histoire est faite de toutes les petites histoires des petites gens », pensait Léon Tolstoï. Giovanni-Michel Del Franco est bien du même avis.
« J’ai la volonté de préserver la mémoire, de fixer l’instant, tel un photographe. Permettre à des personnes d’échapper à l’oubli, c’est un travail prenant. À mon sens, bien plus intéressant qu’évoquer la vie de célébrités de la télé », souligne cet auteur, publiant depuis treize ans.
Avec son livre Ce que j’écris est mémoire, l’auteur montre une nouvelle fois son intérêt pour la vie, les vies de tous les hommes.

La Gazette du Val d’Oise, mercredi 28 août 2013

Après avoir édité lui-même un ouvrage sur le village de son père en Italie, plusieurs livres sur les Amérindiens ou sur la mythologie du loup à travers les âges, mais aussi un recueil de poèmes ou encore une étude historique sur les Evangiles, G-M Del Franco a publié, en août 2013, Ce que j’écris est mémoire.
« C’est le rôle de celui qui écrit de porter la voix de ceux qu’on n’entend pas », estime l’auteur dont la mémoire est au cœur de la bibliographie. « J’ai publié des choses assez variées, mais cela revient toujours, que cela soit à travers l’histoire du village de mon père ou la façon dont les gens percevaient les loups ».

Le Courrier des Yvelines, mercredi 18 septembre 2013

BIOGRAPHIE

Membre du Groupement des Ecrivains- Médecins et de l'Autre Livre (association qui regroupe de petits éditeurs), il est également administrateur de Survival International France (www.survivalfrance.org, association de défense des droits des peuples autochtones).

1966 : naissance à Argenteuil
1996 : exercice de la médecine (débuts)
2000 : première édition : « Accadia, vie et mort d'un village du sud de l'Italie »
2010 : édition de « Je ne suis pas morte - Survivre à la violence conjugale » de Sébastien Di Sabato
2012 : publication de « Pawnee (vie de Fils-de-l'Ours) », premier ouvrage de langue française consacré à ce peuple amérindien
2013 : publication de « Ce que j'écris est mémoire »